A quel âge ?

Le code rural (article L214-8) interdit la vente d’un chaton avant l’âge de 8 semaines.

Cependant, nous vous conseillons de ne pas adopter votre compagnon avant qu’il n’ait atteint au moins l’âge de 12 semaines. Bien que sevré, dans la majeure partie des cas dés l’âge de 5 semaines, et propre de manière innée, un chaton a besoin de l’éducation de sa mère. Ainsi, se verra-t-il apprendre principalement à rétracter les griffes ou à ne pas serrer les mâchoires (différence entre l’appréhension et la morsure) lors des jeux avec elle. Ce sevrage affectif est une étape incontournable pour en faire un chat adulte équilibré. Sans cet apprentissage, le chat peut devenir dépendant, têteur, griffeur, mordeur, destructeur de son environnement et/ou malpropre.

Identification :

Le code rural exige l’identification pour toute cession de chat (don ou vente). Cette indentification est à la charge du cédant.

Le numéro d’identification (transpondeur) doit être exclusif et non réutilisable. Une carte d’identification doit être établie et l’inscription sur le fichier National (Fichier National d’Identification des Carnivores domestiques – I-CAD) est obligatoire.

Les documents inhérents à la vente :

L’éleveur doit légalement vous remettre une attestation de cession/vente de l’animal, un certificat de bonne santé établi par un vétérinaire, une fiche décrivant ses caractéristiques et ses besoins et sa carte d’identification.

Il est préférable que l’on vous remette le carnet de vaccination (la vaccination n’est pas obligatoire mais fortement recommandée) et si le certificat de cession/vente stipule que votre chat appartient à une race, le pedigree ou une copie de la demande de pedigree est obligatoire.

Où et à qui acheter :

Le code rural (Article L214-7) interdit la cession des animaux dans certaines manifestations commerciales : foires, marchés, brocantes, salons, expositions ou toutes autres manifestations non spécifiques aux animaux (les expositions félines ne sont bien sûr pas concernées par ces restrictions).

La profession d’éleveur est réglementée par l’article L214-6 du code rural.

Toute personne vendant plus d’une portée par an est tenue de se déclarer comme éleveur professionnel (attesté par un numéro de SIRET et une attestation de connaissance délivrée par la DRAAF).

Il est illégal qu’un éleveur sans siret, vous vende un chaton issu d’un portée numérotée de la manière suivante : LOOF-xxxxxxxx-AAAA-1 (où xxxxxxxx = suite de 8 chiffres décimaux et AAAA =année de naissance de la portée sur 4 chiffres).

Si vous trouvez votre chaton par petite annonce soyez attentif, le code rural exige qu’apparaissent sur les annonces :

– le SIRET du professionnel ou à défaut le numéro de portée délivré par le LOOF.

– le numéro d’identification de l’animal ou de sa mère

– l’âge de l’animal

– l’existence ou l’absence d’inscription à un livre généalogique.

– le nombre de chatons nés dans la portée

En l’absence de ces mentions, méfiance !

Les voyages :

Si vous devez voyager avec votre chat, il faut savoir qu’en Europe, le vaccin rage est nécessaire et qu’il doit apparaître sur un passeport européen.

Si vous achetez votre chat à l’étranger, il ne pourra entrer sur le territoire français que valablement vacciné contre la rage (en fonction de la loi du pays de provenance).

Votre chat tombe malade :

Certaines maladies (vices rédhibitoires) sont régies par le code rural. Chez le chat, elles sont au nombre de quatre : leucopénie infectieuse (typhus), péritonite infectieuse (PIF), leucose (FELV) et sida du chat (FIV). Si votre chat est atteint d’une de ses maladies dans les délais fixés par la loi (Code rural – Article R213-6), vous avez le droit à réparation et pouvez annuler la vente. Adressez vous à votre vétérinaire pour connaître les démarches à suivre.